L’investisseur s’est tourné vers le secteur des cosmétiques par opportunité, avant de développer une expertise qu’il met au service d’un pôle constitué de trois marques devant affi cher 250 M€ de revenus l’an prochain.

Nous n’avions pas de connaissance spécifi que du secteur des cosmétiques, ni même l’ambition de développer un pôle sectoriel », se remémore Jean-Bernard Lafonta, associé chez HLD. Pourtant, le premier investissement de la société de gestion qu’il co-fondera en 2010 sera structurant. Il concrétise alors un MBO secondaire sur les Laboratoires Filorga, en permettant à son dirigeant, Didier Tabary, de grimper à 50 % du capital de la marque spécialisée dans les crèmes anti-âge. Cette opération bouclée en septembre 2010 sera le point de départ d’un triptyque mêlant HLD, Didier Tabary et l’univers de la cosmétique. Filorga n’affi che alors qu’un chiffre d’affaires de 15 M€, mais l’investisseur est convaincu par le potentiel de cette marque. Il va appuyer sur le levier de l’innovation avec le lancement de cinq à six nouveaux produits par an, tirant la croissance à un rythme annuel de 50 %. Les ventes dépassent aujourd’hui les 150 M€. Mais c’est un fait marquant survenu en 2014 qui va aussi contribuer à cette progression : HLD et Didier Tabary vont de nouveau s’associer pour reprendre les soins dermo-cosmétiques SVR à la barre du tribunal de commerce d’Evry.

Voir le PDF